Rien ne s’oppose à la nuit

« C’est elle, c’est Lucile », m’a dit B. en me montrant la photo de couverture de ce roman.

« Lucile toujours  s’installait sur le même banc, un peu à l’écart, mais suffisamment proche du point stratégique que constituaient les trapèzes et les balançoires, idéal pour une vision d’ensemble. Parfois elle acceptait de jouer avec les autres, parfois elle restait là, à trier dans sa tête, expliquait-elle, mais elle ne précisait jamais quoi, ou seulement d’un geste vague désignait l’alentour ».

Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan
JC Lattès, 2011

4 Comments so far

  1. sophie, 21 mars, 2012

    Sûrement le meilleur de Delphine de Vigan, même si globalement ses livres ont quelque chose d’un peu lisse… Très bonne lecture.
    Nos vies désaccordées de Gaëlle Josse, aimerais connaître un ressenti.
    Je confirme toujours le meilleur site de la blogoshère «livre»

  2. Amandine, 21 mars, 2012

    J’ai ADORE ce roman, vraiment !

  3. olivier, 21 mars, 2012

    Pour moi, ce livre a été l’un des chocs de lecture 2011. Je n’étais pas tenté du tout, je n’avais jamais rien lu de D. de Vigan, et je l’ai commencé en m’apprêtant à laisser tomber au bout de vingt pages… j’ai tout dévoré en quelques heures.
    L’écriture est fine, il y a juste la distance nécessaire, l’émotion est d’autant plus forte qu’elle est sans pathos. Bref un excellent livre sur des sujets difficiles (la transmission, la douleur familiale, l’inceste, la folie).

  4. Anne-Laure, 21 mars, 2012

    @ sophie : je n’ai rien lu d’autre d’elle, même si j’étais tentée par No et moi, dont j’ai aussi raté l’adaptation au cinéma. Et merci encore !
    @ Amandine : je suis plus mesurée, mais je reviens plus tard avec mon avis !

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales