Les 17 trucs que j’aime dans ma librairie préférée

1. Traverser la Seine pour y aller et être envahie par une immuable et immense bouffée d’émotion. Paris est trop beau, surtout le matin entre Saint-Germain l’Auxerrois et la fontaine Saint-Michel.

2. Réveiller l’éternelle étudiante qui sommeille en moi.

3. La connaître depuis toujours et la considérer comme un phare dans ma vi(ll)e.

4. Repenser avec nostalgie à la foire d’empoigne annuelle pour la revente de mes bouquins de lycée et de fac.

5. Ne pas attendre qu’un vendeur vienne s’occuper de moi. Je sais qu’aucun ne viendra. Ça a le mérite d’être clair.

6. Obtenir malgré ça des réponses efficaces aux questions que j’ai parfois de la part d’un libraire dé-bor-dé.

7. Trouver d’occasion des bouquins neufs, des premières éditions au prix de poches, qui seront plus jolies dans ma bibliothèque et beaucoup plus lourdes dans mon sac.

8. Acheter quand même des livres neufs à prix neuf.

9. Faire en trombe des réserves de romans car le film commence dans 10 minutes au cinéma d’à côté.

10. Faire la queue des heures pour ne pas réussir à leur revendre trois francs six sous des livres vieux comme Mathusalem qui encombrent mes étagères depuis des lustres.

11. Aller immédiatement dépenser dans les rayons littérature l’argent de la vente de mes bouquins.

12. Pester, car il y a tout dans cette librairie, sauf, justement, LE livre que je suis venue chercher.

13. Toujours m’y retrouver, même quand ils chamboulent tous les rayons.

14. Avoir peur de tomber en descendant en courant les escaliers une fois ma moisson faite.

15. Repartir avec un chargement que je n’arrive pas à attacher sur mon vélo.

16. Etre scandalisée de voir quelqu’un déambuler dans les rayons en ayant une discussion téléphonique à bâtons rompus.

17. Déambuler entre les étagères en ayant une discussion téléphonique à bâtons rompus.

18. Enlever consciencieusement les étiquettes « Occasion » de la tranche des livres dans le bus qui me ramène chez moi.

19. Installer mes trophées de chasse sur mes rayonnages et me demander par lequel commencer… Là, tout de suite, aucun… Bon, je vais aller m’acheter Grazia, moi !

Alors, à votre avis, c’est quoi, ma librairie préférée ? Et la vôtre ?

11 Comments so far

  1. Emilie, 2 décembre, 2010

    Gibert Joseph ?
    En tout cas je rêve de m’y faire enfermer …

  2. Petite, 2 décembre, 2010

    La mienne n’a rien a voir mais a Berlin, celle des Galeries Lafayette me donne un ptit gout de France … En plus charmant, la librairie Zadig, pres de Oranienburger Strasse, propose une jolie selection.

  3. Anne-Laure, 3 décembre, 2010

    @ Emilie : heu… gagné ! La prochaine fois je mettrai un peu moins d’indices… Je suis sûre qu’en cherchant bien, on pourrait se planquer ni vues ni connues derrière une étagère et attendre tranquillement la fermeture.
    @ Petite : à Berlin justement ce week-end, j’irai faire un tour à la librairie Zadig !

  4. E.b, 3 décembre, 2010

    Librairie Charlemagne sur la Côte d’Azur avec un conseiller-vendeur aussi aimable que pertinent et sans trop d’accent, con.

  5. Catherine, 22 décembre, 2010

    Ah la la, être enfermée dans une librairie, c’est génial ! Mais s’il n’y a rien pour se sustenter…
    Un conseil de lecture si tu le veux bien : Firmin de Sam Savage (Actes sud).

  6. Anne-Laure, 22 décembre, 2010

    @ Catherine : Serais-tu aussi gourmande que moi ? Merci pour le conseil, je le note.

  7. Sabine, 2 septembre, 2011

    Librairie Dialogues (Brest) : sur deux étages, spacieuse, agréable, vendeurs hyper compétents car passionnés de lecture aussi, avec fauteuils et canapés et détail ô combien non négligeable, un petit salon de thé servant à l’occasion de lieu de « rencontres » entre lecteurs et auteurs (les fameuses « rencontres de Dialogues »). Plus leur site Internet, leur carte de fidélité, etc. Un vrai bonheur. Sauf pour mon portefeuille mais ça c’est une autre histoire ;-)
    Je souscris à l’idée d’être enfermée dans une librairie, surtout celle-là (z’avez bien noté qu’on peut y manger ?)

  8. Anne-Laure, 5 septembre, 2011

    @ Sabine : bien noté, oui. Et c’est un indéniable atout.

  9. jibi29, 22 février, 2012

    librairie dialogues à brest… effectivement, on peut y manger… ou en tous cas, s’asseoir, et lire… mais je n’ose pas !
    je passe énormément de temps à choisir un (ou deux ou plutôt trois) livres… et ai forcément envie de les ramener avec moi à la maison !!
    alors, je ne prends pas le temps de m’asseoir pour en lire d’autres, sinon, je risque aussi d’avoir envie de les rapporter avec moi !!!

    et sinon, pour manger, et bien « le bistrot à lire » à quimper : avant tout, pour manger un morceau ou boire quelque chose de chaud… mais là aussi, pour le plaisir de la lecture… j’y ai trouvé mon 1er exemplaire de POINT.2 :-) depuis le temps que je voulais tenter l’expérience ! j’y ai acheté le pingouin et le pingouin2 (andrei kourkov).. et depuis, je ne m’arrête plus… un chouette format (idéal pour la lecture sur le côté, sous la couette)… et en plus, il tient dans une main !!

  10. Anne-Laure, 23 février, 2012

    @ jibi29 : arrête, tu vas me donner des envies de Bretagne.

  11. jibi29, 23 février, 2012

    et je n’ai pas encore évoqué la question crêpes/ galettes/ et cidre !

    petit bonus pour la librairie dialogues à brest : le rayon artistique, ett plus particulièrement sur les thématiques du « cirque » et du « clown », qui me permet de faire régulièrement de jolies trouvailles !!

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales