La douceur de la vie

Je cherchais un bouquin à lire après plusieurs qui m’avaient beaucoup plu et je pensais qu’il me faudrait un bon polar, pour changer, pour ne pas être déçue.

« Moi j’en ai un, a dit C. Mais c’est plus qu’un polar ».
J’ai noté : La Douceur de la vie et je l’ai acheté.

Figurez-vous que je n’en dors plus.

Ça se passe en Allemagne et c’est glaçant, différent de la majorité des polars que j’ai lus.

Ce qui m’ennuie, c’est que je suis dans les Pouilles et qu’il y a un passage qui dit : « Demski et Bitterle étaient penchés sur l’histoire d’un cultivateur d’olives des Pouilles qui, l’an passé, avait coupé la tête aux moutons de même qu’à toute la famille du voisin« .

Hiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Ce qui m’ennuie, c’est que je flippe total, dans cette grande masseria assez isolée au milieu des vignes, des orangers, citronniers et des oliviers.

La douceur de la vie, Paulus Hochgatterer
Traduit de l’allemand (Autriche) par Françoise Kenk.
Quidam Editeur, mars 2012.

.

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales