Chansons pour la fille du boucher

« Ayant passé sa vie non seulement à écrire mais à lire de la littérature yiddish, Malpesh semble avoir raconté son existence comme s’il avait vécu dans le monde fictionnel plutôt que factuel de sa propre communauté. Il ne s’agit pas de dire qu’il a inventé des détails de son existence, mais de suggérer qu’il vivait dans un monde façonné par les livres plutôt que par la réalité de son environnement ».

A méditer.

Chansons pour la fille du boucher, Peter Manseau
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Antoine Cazé
Christian Bourgois Editeur

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales