Absolument fabuleux

- On va voir si Gatsby est si magnifique, m’a dit J.-C. en s’agitant comme un beau diable dans notre chambre, le livre à la main.

Il chassait une mouche.


C’était dix jours au moins après que j’eus ouvert ce chef-d’œuvre pour la dernière fois, deux bonnes semaines avant que je ne m’y attèle à nouveau. Cette lecture-là aussi m’a pris cent ans. J’étais ailleurs, j’étais partout. Mais pas ici, ni en train de lire.

Mais, pour savoir s’il est magnifique, comme ne le dit pas Julie Wolkenstein dans sa traduction du titre, moi, je l’ai lu jusqu’au bout.

Comme j’aurais aimé m’allonger dans l’herbe et lire en seulement deux ou trois fois ce magnifique roman ! Prolonger mes plages de lecture, à défaut d’y être. Profiter du soleil, ou d’un peu d’ombre, pour me représenter les fabuleuses soirées données par Gatsby dans sa somptueuse villa de Long Island, plonger dans l’Amérique des années 20, rencontrer, cachée derrière l’épaule de Nick Carraway, le narrateur, l’énigmatique et solitaire Jay Gatsby, regarder avec lui en direction de la lumière verte du phare d’East Egg. Devenir son ami et allié, peut-être le seul.

« Au moins deux fois par mois, une équipe de décorateurs débarquait avec plusieurs centaines de mètres de toile et assez de bougies colorées pour transformer le gigantesque jardin de Gatsby en sapin de Noël. Les buffets se garnissaient d’un tas de hors d’œuvre chatoyants : jambons cuits aux épices, salades biguarrées comme des Arlequins, pâtés de porc et de dinde dorés comme par magie. On installait dans le hall d’entrée un bar garni d’un vrai repose-pieds en cuivre et rempli de bouteilles de gin, de liqueurs, d’alcools tombés dans l’oubli depuis si longtemps que la plupart des invités de sexe féminin étaient trop jeunes pour savoir les distinguer les uns des autres.
A sept heures, l’arrivée de l’orchestre : pas un petit ensemble de cinq instruments, mais une fosse au grand complet, avec hautbois, trombones, saxophones, violons, cornets, piccolos, batterie et basse. Les derniers nageurs sont alors rentrés de la plage et montés se changer ; les voitures arrivées de New York et garées dans l’allée par rangées de cinq, et déjà les galeries, les salons, les vérandas resplendissent de couleurs primaires, de chevelures coupées suivant de nouvelles modes étranges, et de châles qui surpassent les rêves les plus fous de Castille. Le bar ne désemplit pas et les cocktails circulent, tanguent à travers le jardin, jusqu’à ce que l’atmosphère s’emplisse de bavardages et de rires, de sous-entendus désinvoltes, de présentations laissées en suspens et de retrouvailles enthousiastes entre des femmes qui n’ont jamais su le nom les unes des autres »
.

C’est beau, non ? Et ça fait tellement envie. Y aller, rien qu’une fois, pour profiter de ce faste et de cette superficialité. En pleine Prohibition, boire de l’alcool. Ne pas savoir chez qui on est. S’habiller chic. Se coiffer rétro. Se montrer.

Hé bien Gatsby, c’est beaucoup plus que ces extraordinaires réceptions. C’est, derrière ce faste, l’histoire détestable d’un amour qui n’a pas survécu à l’entrée dans l’âge adulte. Un conte de la bourgeoisie, où ceux qui ont bâti leur fortune s’opposent à ceux qui en ont hérité. C’est un drame, pas très bien ficelé, mais délicieusement conté par le témoin privilégié qu’est le jeune Nick Carraway.

Ce classique-là a eu raison de moi. J’ai été aussi surprise que charmée par ce que j’ignorais absolument être une tragédie.

Si en plus il peut servir de tapette à mouches…

2 Comments so far

  1. Cajou, 29 janvier, 2012

    Encore un qui est dans ma PAL. en plus il est tout rikiki donc je n’ai vraiment pas d’excuses, il faut que je le lise. Ton avis (aussi délicieusement conté que semble l’être cette histoire) a ravivé la flamme qui avait fait que je me l’étais offert. Bon allez, je le mets dans ma liste de février aux côtés de « Room » !

  2. Anne-Laure, 30 janvier, 2012

    @ Cajou : liste de février ??? Tu as l’air drôlement organisée !

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales