31 livres que je sais de moi

Il y a quelques jours, j’ai eu 31 ans.
Mais on ne siffle pas impunément une bouteille de vin au dîner. C’est sans doute pour ça que j’ai mis du temps à m’en remettre et à vous concocter la liste des 31 livres qui ont marqué ma vie. Sans doute aussi un peu à cause de Bouygues – ouais, j’ai pas Free, j’ai rien compris, on me l’a déjà faite.

Au début, j’ai cru que je n’arriverais jamais à 31. Peut-être un signe : aurais-je dû arrêter de mûrir plus tôt ? (la vache, j’ai failli écrire mourir à la place de mûrir) Puis, je me suis plongée dans la contemplation de ma bibliothèque et là, impossible de m’arrêter : et c’ui-là, et c’ui-là ! et lui ! et lui aussi !!!!!! J’ai donc décidé de passer sur les lectures d’enfance dont j’ai déjà parlé et , pour m’attarder sur celles faites à partir, disons, du collège, même si la chronologie est parfois un peu floue, et pas seulement à cause de la gueule de bois.

1/ L’ami retrouvé de Fred Uhlman. J’ai lu et relu cette histoire d’amitié impossible en pleine montée du nazisme. Le résumé que je viens de lire sur Wikipédia a suffi à lui seul à me donner des frissons. Y paraît que Jerry Schatzberg en a fait une adaptation, j’irai y jeter un œil un de ces jours.

2/ Moi, boy de Roal Dahl. Où j’ai découvert l’enfance du génialissime auteur de Charlie et la chocolaterie et que les poils de brosse à dents usagées que l’on avale par accident peuvent provoquer des crises d’appendicite. J’y crois toujours.

3/ Le ventre de Paris. Parce que Paris et la bouffe, quoi. D’ailleurs, j’ai soudain un flash, et l’impression que les descriptions de Louise Erdrich dans La Chorale des maîtres bouchers sont aussi opulentes que celles de Zola.

4/ Les Lettres persanes, Montesquieu. Follement exotiques et philosophiques, elles m’ont totalement envoûtée. Et pourtant, c’était une lecture imposée.

5/ A demain Sylvie, Henri Troyat. Le premier amour de la petite Viou, devenue passionnée de danse classique, me laissait terriblement songeuse à l’âge ingrat où je me demandais si quelqu’un se déciderait à me rouler une pelle un jour.

6/ Le sang des étoiles, Anne-Marie Pol. Danse classique, premier amour et rivalité dans les coulisses du ballet. Croyez-moi, Black Swann n’a rien inventé. Ah si, la schizo.
Et patatras.
Hier, je vais à la danse classique et devinez qui vient en dédicace samedi ?? Qui ? Qui ? Anne-Marie Pol, dont jusqu’à hier matin j’avais totalement oublié le nom. Y a de ces hasards parfois. C’est marrant comme les choses reviennent souvent par paquet de douze.

7/ Le monde de Sophie, Jostein Gaarder. Allez, j’avoue, à partir d’un certain  point, j’ai sauté tous les cours de philo pour passer allègrement d’un passage romancé à l’autre. Ben quoi ?

8/ La trilogie new yorkaise. Trouvée sur la table de nuit de mon père. Lue. Puis relue. En partie récitée pour un cours d’expression écrite. Depuis, je lis toujours le dernier Paul Auster.

9/ Misery, Stephen King. Le premier roman qui m’a donné envie de vomir. Ça tombe bien, j’avais justement une gastro quand je l’ai lu chez ma copine M. Ce fut aussi le prélude d’une longue période entièrement dédiée à la lecture de cet auteur. Ça fait peur.

10/ La trilogie des jumeaux d’Agota Kristof. Et pan dans les dents. Un texte totalement différent de tout ce que j’avais pu lire avant. Très perturbant. Je l’ai relu plusieurs fois.

11/ Le Seigneur des porcheries, Tristan Egolf. Conseillé par un jeune insomniaque qui avait lu six fois La Recherche du temps perdu. Depuis, je dis toujours bonjour aux éboueurs.

12/ A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Hervé Guibert. Touchée en plein cœur par ce texte acheté d’occasion et sans savoir de quoi il s’agissait chez feu-me-semble-t-il Silly Melody.

13/ Le problème avec Jane, Catherine Cusset. Essentiellement pour le souvenir que sa lecture constitue. Je l’ai entamé un jour de pluie, dans un café de Porquerolles. Refermé des heures plus tard, sans jamais avoir levé la tête. Je ne savais plus où j’étais. Une réconciliation totale avec la lecture, car il y a avait des siècles qu’un roman ne m’avait pas autant emportée. Je me rappelle avoir tout de suite appelé B. de la cabine téléphonique pour la remercier de me l’avoir conseillé.

14/ Un tout petit monde, David Lodge. Les délicieuses coulisses des milieux universitaires britanniques et américains. Un pur moment de plaisir à chaque roman que je lis de lui. Mais je me fais un devoir de ne les acheter qu’en Rivages poche. Donc j’attends looooooooooongtemps.

15/ Belle du seigneur, Albert Cohen. Lu passionnément après une première tentative ratée. Comment, mais comment peut-on mettre autant de temps à se préparer ????

16/ Le Saule, Hubert Selby Jr. Beau et violent à la fois. Etroitement associé dans mon esprit à 17/ et 18/. Sans doute une période particulière de ma vie.

17/ Mon chien stupide de John Fante m’a fait pouffer de rire puis j’ai acheté méticuleusement ses romans en V.O. chez Black Sparrow Press. Ils sont si beaux.

18/ Women, Charles Bukowski. Avant Women, je ne savais pas qu’on pouvait oser écrire des trucs pareils, ni qu’on pouvait ingurgiter autant d’alcool.

19/ La Recherche du temps perdu, Marcel Proust. Mon mythe. Ma lecture inachevée. Celle que je rêve de reprendre, mais pourrais-je le faire un jour ? Je me sens si loin de la littérature classique ces temps-ci.
Je crois que dans Little Miss Sunshine, il y a cette phrase : « Proust a passé 20 ans de sa vie à écrire le roman que presque personne ne lit ». C’est tellement Woody Allenesque que ça me fout le doute, mais tout est dit. Ah si, la citation complète est .

20/ Le Livre de Dina. Herbjorg Wassmø a fait de moi une obsédée scandinave. Nordique, prend garde à toi !

21/ Le Grand nulle part, James Ellroy. Après Le Dalhia Noir, j’en voulais encore, insatiable que je suis. J’ai entamé ce pavé et je l’ai finalement trouvé plus abouti. C’est aussi le deuxième roman qui m’ait donné envie de vomir. Quand même, cette histoire de glouton…

22/La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé. J’avais lu Eldorado de Laurent Gaudé à l’hôptial après une crise d’appendicite sans doute provoquée par un poil de brosse à dent si si je vous assure, allez au 2/ si vous ne me croyez pas). Mais les textes foisonnants du Roi Tsongor, lus à voix haute, m’ont fait gagner pour toujours la confiance de J.-C. en matière de conseils de lecture. Il ne se fie plus qu’à moi. Et toc.

23/ Un taxi mauve, Michel Déon. Chéri, c’est quand qu’on se fait un petit road trip en Irlande ?

24/ Zazie dans le métro, Raymond Quenaud. Jubilatoire.

25/ Any Human Heart, William Boyd. Un héros qui traverse le siècle, c’est toujours agréable. Cette histoire là était particulièrement réussie et terriblement émouvante. Ça me fait penser qu’il y a un autre Boyd qui m’attend dans ma bibliothèque. Mais c’est une somme et ces temps-ci, la V.O. me fait peur.

26/ D’autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère. Bref, j’ai pleuré.

27/ Sukkwan Island, David Vann. Oh froid, oh désespoir. Tout est là. Un auteur à suivre selon moi.

28/ La Chorale des maîtres bouchers. Voir 3/ Le Ventre de Paris et par ici.

29/ Naissance d’un pont. A quand le prochain livre de Maylis sans trëma de Kerangal ?

30/ Soupes du jour, Anne-Catherine Bley, pour cette incroyable recette de gâteau au chocolat au beurre salé. Croyez-moi, elle a laissé des traces. Et pas que des jolies.

31/ Tout ce que j’aimais, Siri Hustved. Je ne vous en ai pas encore parlé, mais ça ne saurait tarder.

Allez je file ! Des bises !

10 Comments so far

  1. olivier, 27 janvier, 2012

    ca nous en fait deux ou trois en commun. Pas mal sur la production littéraire des trois derniers siècles.
    bises
    O.

  2. Lapuce, 28 janvier, 2012

    J’ai drôlement hâte que tu aies 70 ans…

  3. val, 28 janvier, 2012

    Y’en a quand même 5 ou 6 que j’ai lu sur tes recommandations.
    Je dirais que c’est plutôt bon signe…

  4. dominique pariselle, 28 janvier, 2012

    Ce qui nous en fait 6 ou 7 en commun,mais ce qui est bizarre dans les goûts, c’est qu’il y en a que j’ai carrément détestés, et qu’il y en a des géniaux incontournables que tu as probablement lus et qui ne te sont pas géniaux et incontournables…..
    Bref, comme je vais avoir 64 ans, aurais je la patience de lister mes 64 romans préférés? Ce n’est pas la matière qui manque!
    Je demandais l’autre jour à un ami quel était le livre qui, après les lectures d’enfance et d’adolescence lui avait vraiment fait un déclic passionnel pour la lecture, celui qui te rend accro pour la vie aux romans.
    Pour moi, c’est probablement « Un homme singulier » de J-P Donleavy.
    Et « L’homme qui dort » de Perec, puis « Le Prince des marées » de Pat Conroy, puis tous les Jim Harrison….et je n’ai plus arrété.
    Bon, je me recentre et je participe plus à ton blog.

  5. Sabine, 28 janvier, 2012

    JOYEUX ANNIVERSAIRE !

    Quelques titres/auteurs en commun,en particulier Ellroy et King (il faudra quand même un jour que je m’interroge sur cette prédisposition à lire des romans sombres, très sombres). Je suis d’ailleurs en train de lire « White Jazz ».
    Sinon, dans ta liste, certains ont suscité mon intérêt, certains m’ont rappelé – avec bonheur – d’autres livres similaires que j’ai lus. Et j’ai un peu de mal avec les classiques moi aussi (j’essaye de me motiver via les .2 – achetés, pas encore ouverts…)

  6. Cajou, 29 janvier, 2012

    Quelle jolie liste ! Je serais bien incapable de faire ma propre liste je pense (surtout qu’elle en compterait 2 de + que toi :p).
    Mais je pense lire « Zazie dans le métro » (ton « jubilatoire » me donne envie et j’adore la période Oulipo de Queneau et Perec) puis aussi « Un été sans les hommes » pcq je l’ai acheté récemment dans une bourse aux livres, et que j’adore son format (bon ok, c’est un peu superficiel comme raison :p)
    Au plaisir de te lire ^^
    Cajou

  7. Anne-Laure, 30 janvier, 2012

    @ olivier : je parie que l’auteur d’au moins l’un des trois s’appelle Emmanuel !
    @ LaPuce : moi un peu moins hâte que toi. Et puis ça ne risque pas d’arriver, car je rajeunis de jour en jour !
    @ val : mais est-ce que tu les as aimés ???
    @ dominique pariselle : contente de te retrouver ici ! je serais curieuse de savoir lesquels tu as detestés et pourquoi.
    @ Sabine : Merci ! Pour ma part, j’ai complètement laissé tombé King. Quant à Ellroy, je m’en garde sous le coude, pour relancer la machine en cas de panne de lecture par exemple.
    @ Cajou : ravie de t’accueillir ici et merci pour tes nombreux commentaires. Moi aussi, je suis dingue de l’Oulipo, même si je n’en ai plus lu depuis longtemps. As-tu lu Tout ce que j’aimais ? Je n’ose pas lire Un été sans les hommes, j’ai peur d’être déçue…

  8. olivier, 1 février, 2012

    Oui… Et puis le grand, l’immmmmmense Albert.
    Ta liste m’a fait réfléchir à celle que je pourrais écrire (avec le privilège d’être beaucoup moins sélectif que toi, ainesse oblige…). C’est un bel exercice, merci !

  9. Bonsoir Anne-Laure,

    Je viens de faire un petit tour sur ton site, et c’est avec plaisir que je tombe (enfin?) sur un blog littéraire qui me parle, qui me plait.

    Alors bravo, c’était pas facile comme challenge ;)

    Je vois que tu parles de beaucoup de livres qui m’ont tout autant plus qu’à toi… Merci de leur rendre hommage !

    Le livre de Siri Hustved, « Tout ce que j’aimais », fait parti de mes premiers posts ;) A bon entendeur !

    Bonne continuation, en espérant rentrer plus amplement en contact.

    C.

  10. Anne-Laure, 15 mai, 2012

    @ Bande de Littéraires ! : hé bien, ravie que tu sois arrivée ici. Mon prochain challenge, te donner envie de revenir et aller faire un petit tour sur ton blog (mais ça c’est plus simple !)

Leave a Reply

_______________________________________________
A propos | Contact | Mentions légales